de Ruxandra Boros

Lundi 29 août, 2022 - Jour 1

L’atelier photographique Sésame entame depuis lundi 29 août sa troisième édition, après celles de 2018 puis de 2020. L’objectif se poursuit : permettre à des enfants de la communauté Rom de Satmarel de vivre une expérience artistique où ils auront l’occasion de partager diverses dimensions de leur environnement particulièrement stigmatisé. A leur manière, à l’aide d’appareils photos.

L’atelier va se dérouler durant toute la semaine et sera accompagné par la photographe française Lucie, Cristina, la directrice de l’association STEA et de Ruxandra, bénévole et interprète.

Onze enfants, 6 filles et 5 garçons, âgés de 9 à 14 ans, se font remettre chacun un appareil argentique Holga. Deux d’entre eux en connaissent déjà le fonctionnement, pour avoir participé aux éditions précédentes. Une pellicule par jour, soit 12 poses, des photos carrées, en noir et blanc. Ces appareils très intuitifs permettent de se concentrer sur l’essentiel : l’attention à la composition et à la lumière. Seule
difficulté, penser à avancer le film manuellement entre chaque photo pour éviter les superpositions.

Une fois les explications données, le groupe se répartie en trois et part à l’exploration des premières idées et envies de chacun : les champs de tournesol avoisinants, leurs maisons, leurs proches, les animaux…

A partir de demain les enfants choisiront de se concentrer sur une thématique en particulier.

Le premier jour s’achève par un tour de parole où chacun exprime ce qui lui a plu. Il y a par exemple Daniela, qui partage qu’elle a depuis toujours envie d’être photographe et qu’aujourd’hui, elle s’est sentie importante.

Reste à patienter jusqu’au lendemain pour découvrir les photos que Lucie développera le soir même.

 Groupe (9) : Natalia, Adriana, Delia, Daniela, Ilonka, Luca, Matei, Erik, Carlos, Pako, Denisa, Huanito, Vanessa, Fabi.

Mardi 30 août, 2022 - Jour 2

L’atelier démarre avec beaucoup d’excitation. Il y a quelques changements de participants. Les enfants s’assoient sur une couverture sous le chêne qui nous sert de local. Ils sont impatients. Lucie leur montre les photos développées. Elle leur demande de choisir trois qui leur plaisent le plus. Ce faisant elle donne des consignes. Elle signale les photos qu’elle aime, tout en expliquant les raisons pourquoi elle les trouve bien ; elle leur demande de se fixer sur une thématique de leur choix : la nature, les portraits, des animaux. Surtout de se rappeler de faire avancer le film pour que les photos ne se superposent pas, comme ce fût le cas hier, bien des fois ! On refait les petits groupes et on s’éparpille vers les champs et entre les maisons, au gré des envies des enfants. Retour sous le chêne, chacun donne à Lucie son appareil et part en courant manger. On n’arrive pas à les réunir pour échanger en cercle comme la veille. On demande quand-même comment ils ont trouvé l’exercice et tous disent que c’était très bien !

 

Mercredi 31 août, 2022 - Jour 3

Un très beau jour ensoleillé, pas trop chaud. Les enfants sont plus posés que les jours précédents. Ils s’assoient plus calmement sur le tapis posé sous le chêne.

Lucie montre comme d’habitude les photos aux enfants. On les sent plus intéressés par les aspects technique qu’hier. Ils sont plus attentifs et motivés à écouter ses commentaires. Déjà on voit qu’ils ont moins superposé les photos. Elle leur parle de la distance à prendre pour éviter le flou : au minimum la valeur d’un bras tendu devant la cible ; ne pas en être trop éloignés ! Aujourd’hui Lucie leur donne un une consigne : photographier leur lieu de vie : leur maison, les alentours, un objet précieux pour eux.

On se sépare en trois groupes et on va à tour de rôle chez chaque enfant. « Il ne faut pas photographier à l’intérieur de la maison », le leur rappelle Lucie, « la lumière y est trop faible pour la caméra Holga, les photographies risquent d’être toutes noires » ! Matei, qui est dans mon groupe, sort de sa maison un trophée qu’il a gagné aux échecs, son objet favori. Il le photographie sans trop montrer sa fierté…

De retour au chêne, plusieurs enfants partagent avec nous leur joie d’avoir appris à utiliser la caméra. Adriana nous dit qu’elle a appris à travailler en équipe. Encore deux jours d’atelier. Quelles surprises nous réserve demain ?

Jeudi 1 septembre, 2022 - Jour 4

La récolte de photos d’aujourd’hui est très réussie ! Lucie vient de développer les photos et presque toutes sont belles. La consigne était de photographier des personnes qui acceptent de mimer une émotion : joie, peur, tristesse, confusion… Pour les aider, Lucie leur a montré une série de photos réalisées par des enfants français. Elle leur a demandé de deviner qu’elle était l’émotion illustrée. Lucie leur a ensuite proposé de donner des exemples d’émotions et de les mimer eux-mêmes. Les enfants ont adoré ce jeu. Ils étaient très motivés pour passer à l’acte.

De nouveau on s’est séparés en petits groupes. Au gré des rencontres à travers le village, les enfants ont photographié soit des enfants, soit des adultes. Il y en a eu bien sûr des personnes qui ne se sont pas prêtées au jeu (certains adultes !) mais la plupart des fois ils étaient d’accord et on s’est bien amusé des deux côtés. 

L’atelier touche presque à sa fin. Demain, dernier jour.

Jeudi 2 septembre, 2022 - Jour 5

Le dernier jour de l’atelier a commencé sous un ciel gris ; le vent soufflait.  Après avoir regardé les photos de la veille, Lucie a proposé de séparer les enfants en deux groupes avec des consignes différentes. Un allait photographier les petits chemins qui sillonnent entre les maisons de la communauté. L’autre, prendre en photo des objets tenus par des mains d’adultes, sans photographier la personne qui les tenait. Pour les derniers, il fallait bien se positionner en face du sujet, à la distance d’un bras. Vers la fin de l’atelier il s’est mis à pleuvoir. Heureusement les enfants avaient fini leur prise de photos.

La semaine prochaine Lucie organisera à Satmarel une exposition de fin d’atelier. Sous le chêne.

Elle préfigure celle de Bucarest, à l’Institut Français de Roumanie, qui regroupe des photos des trois ateliers Sésame.

Quatre ou cinq enfants de Satmarel seront les ambassadeurs de tous les participants aux trois éditions.  Dès demain commence avec les enfants le travail de prise de parole pour le vernissage de Bucarest.

Samedi 3 septembre, 2022 - Jour 6

Lucie a terminé de développer les photos de la dernière journée d’atelier. L’exposition de fin d’atelier à Satmarel aura lieu le jeudi 8 septembre.

Il a été convenu – d’un commun accord avec leurs parents – que cinq enfants de Satmarel viendront à Bucarest. Luca, Huanito, Adriana, Daniela et Delia. Lucie commence le travail de prise de parole avec les enfants.  Les enfants avaient des étoiles dans les yeux pendant toute la séance de préparation.

Quatre séances de travail sont programmées avant notre départ à Bucarest.

Tellement des choses sont nouvelles pour eux : aucun des enfants n’a été à Bucarest ! On leur montre une carte pour qu’ils visualisent la distance entre Satu Mare et la capitale ; le trajet du train. On leur présente l’aventure dans les grandes lignes : ce qu’est un vernissage, la durée de l’exposition, les dates du voyage, comment cela se passe pour eux. Ils demandent « Est-ce qu’il faudra parler devant tout le monde ? Est-ce qu’il y aura des enfants au vernissage » ? On leur parle de l’Ambassade de France et de l’Institut Français de Roumanie. Luca demande « Est-ce que l’Ambassade de France est une ONG ? » Lucie leur dit qu’eux aussi sont des ambassadeurs, de Satmarel et de tous les enfants qui ont participé aux ateliers Sésame.

Lucie a démarré la préparation des scans des photos qui vont être exposées à Bucarest. 13 le seront dehors, sur la grille de l’Institut et 36 à l’intérieur. Celles de l’extérieur mesurent 1x1m et celles de l’intérieur 50×50 cm. Une semaine chargée se profile.

Dimanche, 4 septembre, 2022 - Jour 7

Au total 49 photos seront exposées. Lucie a fait une présélection de plus d’une centaine de photos, ensuite elle est arrivée au nombre souhaité. Parmi elles, de très belles photos ! La plupart des photos sélectionnées par Lucie sont issues de la dernière édition de Sésame. Elle ne pourra utiliser que sept photos des éditions 1 et 2 du projet, qu’elle a déjà scannées pour l’exposition organisée par l’Institut Français de Cluj en 2020. Cela signifie une grande charge de travail pour elle ! Elle a commencé à scanner et à retoucher les photos pour l’exposition. Comme les photos sont argentiques, le travail conséquent, surtout pour celles de grand format, qui demandent une plus grande résolution.

Lundi, 5 septembre, 2022 - Jour 8

Certaines photos montrent des personnes, enfants et adultes. Il faudra obtenir leur consentement pour les présenter à l’exposition de Bucarest, conformément au Règlement général de protection des données (RGPD), loi de l’UE qui existe aussi en Roumanie. Pour faire plaisir à ceux à qui on sollicite la signature, on leur offrira la photo …On sait aussi que cela leur fera très plaisir. Plusieurs personnes de Satmarel ont demandé à Lucie de les photographier !

Mardi, 6 septembre, 2022 - Jour 9